Description

DESCRIPTIF DE LA MANIFESTATION

Mtp_monuments3.png

JOBIM est LA conférence francophone de bioinformatique. Elle réunit l’ensemble de la communauté française chaque année, ainsi qu’une bonne part de la communauté francophone, venant de Belgique, Suisse, Québec et Maghreb pour l’essentiel. C’est une conférence internationale, avec une importante proportion de présentations en anglais (la moitié environ, souvent données par des chercheurs étrangers) et des orateurs invités prestigieux, essentiellement non francophones. JOBIM a donc une place unique dans le paysage scientifique. Le premier JOBIM avait été organisé à Montpellier en 2000. Il avait joué un rôle majeur dans la structuration de la communauté française et francophone en général. Dix ans plus tard, JOBIM a de nouveau été organisé à Montpellier, ce qui fut un symbole très positif pour l’ensemble de la communauté et ses acteurs venant d’horizons différents, réunissant mathématique, informatique et biologie. Refaire JOBIM à Montpellier pour ses vingt ans permettra une nouvelle fois de marquer les esprits. En effet, Montpellier est une place forte de la bioinformatique, avec des applications sur différents versants : santé, environnement, écologie et agronomie. L’ensemble de ces disciplines est en mutation profonde, avec une arrivée massive de données et l’emploi indispensable de modèles mathématiques et de procédures informatiques performantes. Dans ce contexte, la communauté scientifique régionale, qui réunit en son sein les acteurs montpelliérains de ces différentes disciplines, est particulièrement concernée. Ce congrès est dans la prolongation directe de ses actions récentes pour le développement de l’interdisciplinarité entre mathématique, informatique, biologie, santé et environnement. Cela permettra de mobiliser la communauté montpelliéraine (voir déjà la forte participation au comité d’organisation), et de montrer à un large panel de scientifiques nationaux et internationaux les réalisations, équipes, laboratoires et infrastructures de Montpellier.

INTÉRÊT SCIENTIFIQUE DE LA MANIFESTATION

Mtp_monuments3.png

La biologie à grande échelle est à l’origine d’une masse considérable de données qui concerne tous les niveaux du vivant :

  • les gènes, les protéines et leurs interactions, les données omiques, leur dynamique et leur évolution,
  • les cellules, leur organisation et les mécanismes moléculaires sous-jacents,
  • les organes et leur fonctionnement, les organismes et leur physiologie,
  • les espèces et populations, les systèmes écologiques et leur évolution.

L’exploitation de ces données est au cœur de JOBIM. Elle requiert à la fois des modèles représentant les lois complexes du vivant, et des travaux en informatique, pour simuler ou estimer ces modèles, fouiller les données, et pour intégrer toutes ces sources d’informations hétérogènes au sein de bases de données et de connaissances. L’objectif est une meilleure compréhension du vivant, avec des enjeux dans tous les domaines, environnementaux, agronomiques, médicaux et pharmaceutiques. Ces travaux d’interface se sont développés de façon extraordinaire ces dernières années (les articles les plus citées aujourd’hui, toutes sciences confondues, sont liés à l’exploitation informatique des données omiques). Ce mouvement continue actuellement, en raison notamment de l’accélération des technologies d’acquisitions de données à haut débit. Cette accélération considérable, rend aujourd’hui possible des études impensables il y a seulement quelques années. On peut citer notamment le projet "1000 génomes humains", achevé en deux ans, alors que le séquençage du premier génome humain avait nécessité une quinzaine d’année. Grâce à ces données, la communauté scientifique dispose d’une source d’informations presque inépuisable, qui permet de répondre à de nombreuses questions, comme l’origine et les migrations des populations humaines, ou la prédisposition aux maladies génétiques et non génétiques. Cet exemple parmi d’autres montre très clairement que la biologie est en train de vivre une révolution, avec la montée en puissance des biologistes "secs", modélisateurs et/ou bioinformaticiens, en complémentarité avec les biologistes "humides" travaillant à la paillasse. L’objectif de JOBIM est de promouvoir ces recherches pluridisciplinaires, en mettant en avant des travaux innovants sur le plan méthodologique et répondant à des questions biologiques importantes.

e
Personnes connectées : 1